mardi 26 octobre 2010

Bientôt

OBSESSIONS ÉLÉMENTAIRES
Une exposition de Carolane Gauthier
Du 3 au 24 novembre 2010
Vernissage le mercredi10 novembre à 17h.


«L’image de la femme prend beaucoup de place dans la société actuelle; on pourrait avancer qu’elle en devient une obsession. Obsessions élémentaires, réalisée dans le cadre de ma maîtrise en art, tente de cerner quelques aspects de ce phénomène introspectif. Utilisant l’autoreprésentation et diverses stratégies de mise en exposition, je souhaite mettre en évidence certaines obsessions ainsi que le mal-être associés aux insatisfactions des femmes en relation avec leur corps. Je veux plonger le spectateur au cœur d’une problématique qui rejoint les femmes à travers leur propre vécu.

En tant qu’artiste, je m’intéresse à la perception que les femmes ont d’elles-mêmes et de leur image corporelle; l’image que nous projetons et celle qui nous est projetée. J’ai décidé d’affronter cette obsession inconfortable de se donner à voir et d’être vue afin de l’exposer en plein jour. Mon corps devient la matière première de l’œuvre et mon être, qui se divise en quatre parties : femme-artiste, femme-modèle, femme-spectatrice et femme-vécu, donne une forme à l’œuvre et la concrétise.» Carolane Gauthier


Carolane Gauthier est membre du collectif Médium Marge et termine actuellement sa maîtrise en art à l’UQAC.

mardi 12 octobre 2010

À lire

Dans l'édition du 10 octobre du Progrès-Dimanche sous la plume de Alix Forgeot, stagiaire au journal et étudiante en création littéraire.

NB. Je tente en vain de faire le lien avec le site internet du journal. À suivre

jeudi 7 octobre 2010

Performance et vernissage de Massimo Guerrera




Massimo Guerrera est un artiste multidisciplinaire qui utilise différents médiums tels, le dessin, la sculpture, la photographie, l’installation et la performance pour travailler sur l’espace fertile et multiple de la rencontre, de la présence partagée et de la solitude d’atelier. C’est une démarche qui travaille sur les oscillations sensibles qui régissent nos ouvertures et nos fermetures, celles de notre corps et de notre esprit pour entrer en relation avec l’autre et notre environnement. Sa démarche s’articule depuis 1993 autour des ces rapports profonds que l’esprit et le corps entretiennent avec l’altérité et les phénomènes qui les traversent, observant ainsi de quelle manière notre esprit est capturé et absorbé par ces évènements et ces phénomènes ; que ce soit ceux du monde des formes, des sens, des mots, des concepts, des émotions, des sensations ou des perceptions. C’est à travers le processus créatif qui amène naturellement à une introspection et un développement de la conscience, qu’on arrive à ralentir les rythmes de la pratique, pour ainsi mieux voir et sentir que derrière la surface conditionnée des apparences et des phénomènes, il existe un arrière-plan plus vaste, plus profond, et surtout moins inquiet. Ce questionnement est devenu une pratique quotidienne, relié à une pratique méditative, qui s’incarne dans une série de projets à long terme, s’articulant autour de ces fonctionnements et dysfonctionnements d’absorption et d’altération de la conscience. Cette pratique collaborative tente d’observer avec attention et vulnérabilité ces modulations affectives qui se jouent entre l’être ensemble et nos solitudes habitées. C’est un travail attentif sur le processus créatif et les différents états d’esprit qui s’y développent, tentant de faire une jonction séculière entre la pratique artistique et la pratique spirituelle.

Source-Massimo Guerrera