lundi 10 décembre 2012

De Madame Bovary à Virginia Woolf

Daniel Côté du Journal le Quotidien assistait au lancement de la publication Produits de Beauté de Charles-David Maltais et publie ce texte dans l'édition du samedi 8 décembre dernier.

mardi 4 décembre 2012

lundi 3 décembre 2012

Le lieu de toutes les expériences


Merci à Daniel Côté, journaliste au Progrès-Dimanche et à son photographe Rocket Lavoie qui nous offrent une très belle vitrine pour notre exposition.

jeudi 29 novembre 2012

Lancement de Produits de Beauté

La Galerie L'Œuvre de l'Autre annonce la publication:
Charles David Maltais Produits de beauté,texte de Julie Gagné
44 pages, photographies couleur, 20,5 X20,5 cm
reliure allemande
ISBN: 978-2-923833-08-8
Prix 15$

Vernissage apparent




Beaucoup de monde hier soir pour encourager le groupe d'étudiants de la maîtrise en art formé de :  Félix Beaudoin-Duval, Marie-Michèle Bergeron, Amélie Berthet, Youssef Bouabou, Sirikanlaya Chotmanee, Gabrielle Boucher, Justine Bourdages, Valérie Essiambre, Carolyne Gauthier, Rudy Mae Vézina Dionne, Anusorn Khnabpet, Martin Lavertu, Suzanne Mercil, Chloé Mérola, Jaime Patarroyo, et Lydia Mestokosho-Paradis qui présente une exposition hétéroclite, vivante, surprenante.

Les photos sont de Olivier Lavoie.

vendredi 23 novembre 2012

Illusion Apparente

À compter du 28 novembre 2012, La Galerie L’Œuvre de l’Autre avec la collaboration de l’artiste et professeur en art Marcel Marois présente « Illusion apparente », l'exposition collective des étudiants-es à la maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Cette invitation sera l’occasion pour le public de découvrir les préoccupations actuelles de seize étudiants-es chercheurs en art. Par le biais d’œuvres interdisciplinaires telles, l’art numérique, l’installation, le théâtre, et la vidéo. Ils ont développé un projet personnel inspiré du thème « Illusion apparente », un sujet vaste, à l’imaginaire et aux possibilités infinis et indéfinis.


Le vernissage aura lieu le mercredi 28 novembre 2012 à 17 h. Nous profiterons de cette occasion pour faire le lancement de deux publications éditées par la Galerie : Produits de Beauté de Charles–David Maltais, texte de Julie Gagné et L’Œuvre de l’Autre chez l’Œuvre de l’Autre, un collectif d’étudiants de la maîtrise en arts dirigé par Constanza Camelo-Suarez.

L’exposition se poursuivra jusqu’au 12 décembre 2012.

lundi 12 novembre 2012

L'art du chasseur-pêcheur

Un texte de Joël Martel, publié dans le Progrès-Dimanche du 11 novembre 2012, photos de Mariane St-Gelais.

jeudi 1 novembre 2012

mardi 23 octobre 2012

Simon-Pier Lemelin


Du 31 octobre au 21 novembre 2012
vernissage le 31 octobre à 17h.

Simon-Pier Lemelin
Artiste multidisciplinaire détenteur d’un baccalauréat interdisciplinaire en arts ainsi que d’une maîtrise en arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi, Simon-Pier Lemelin vit et travaille à Saguenay depuis 2001. Animé par une relation éthique et poétique au territoire, il questionne particulièrement le rapport entre le sauvage et le civilisé. Sa production est parfois empreinte d’une touche d’humour discret et lucide, parfois motivée par une recherche simplement esthétique et formelle. Son travail sculptural, pictural, installatif et photographique a été présenté depuis 2002 lors d’événements et d’expositions individuelles et collectives, tant au Québec qu’à l’étranger.

Ichtyolithes
Fossile de poisson, volumes de l’imaginaire. Cette oeuvre est un retour aux sources, un geste simple de sculpteur. Elle est une question d’espace, celui qu’occupe dans mon esprit la pêche aux salmonidés, celui occupé par des années d’accumulation de retailles de bois dans l’atelier et celui qu’il m’est proposé d’investir à L’OEuvre de l’Autre. Elle est un jeu de pleins et de vides. Formellement, une série de volumes monolithiques s’alignent dans le lieu, chacun d’eux portant l’empreinte partielle d’un gigantesque poisson. Ce vide qui nous laisse imaginer l’immense truite est la projection de mon obsession pour celle-ci. Créés majoritairement de matériaux récupérés, les pleins qui composent la masse deviennent ainsi le vide de mon atelier, la récupération de bois est à la fois occupation et récupération d’espace.

lundi 1 octobre 2012

Une exposition plus que d'actualité

Un article publié dans le Progrès-Dimanche du 30 septembre dernier par Catherine Doré, photo de Jeannot Lévesque.

jeudi 20 septembre 2012

Mathieu Beauséjour

L'Œuvre de l'Autre reçoit Mathieu Beauséjour et son exposition Être gouverné du 26 septembre au 18 octobre.  Soyez des nôtres lors de l'ouverture du vernissage le mercredi 26 septembre à 17h.

Être gouverné, c'est avant tout un texte de Pierre-Joseph Proudhon (1809 - 1865) dans lequel l'anarchiste mutualiste s'insurge contre le contrôle de la société bureaucratique. Pour cette exposition je fais côtoyer des œuvres réalisées au cours des trois dernières années qui fonctionnent comme le texte de Proudhon, sur le registre de l'énoncé et de la révolte. La figure de l'Acéphale, l'homme sans tête qui travaille à couper les rayons du soleil, faitapparaîtree notre volonté comme un potentiel destructeur. L'accumulation de pièces de 0.01¢ coupées est le fruit d'une performance où, cagoulé comme un bourreau, j'ai fait un sacrifice des monnaies, une transformation de la matière en symbole. Avec Truisme, c'est la fonction de l'art qui est interrogé. Ces énoncés sont pour moi trois raisons équivalentes, trois motivations à la création. Finalement, la vidéo Être gouverné pose le temps en suspension, en stasis, avec deux images qui se complètent, celle d'un homme qui frappe un gong géant et celle d'un tatouage thoracique, d'un soleil noir qui respire au rythme du texte de Proudhon.
Mathieu Beauséjour crée des installations, des interventions et des images depuis le milieu des années 1990. Ses œuvres ont été présentées au Canada et en Europe, dans des musées, des centres d’artistes, des galeries publiques et privées, ainsi que dans le cadre de biennales internationales. Il a participé récemment à des expositions collectives au Musée d'art contemporain de Montréal, à Axe-Néo7, à Gatineau et prochainement au Centre Clark et à Parker's Box pour le projet Montréal-Brooklyn. Depuis 2010, AxeNéo7 à Gatineau, Oboro et la Galerie Antoine Ertaskiran à Montréal et la Galerie Éponyme à Bordeaux lui ont consacré des expositions individuelles. Mathieu Beauséjour reçut le prix Giverny-Capital en 2010. Il est représenté par Antoine Ertaskiran à Montréal et Éponyme à Bordeaux.

mardi 11 septembre 2012

Le déjeuner sur l'herbe


Œuvre du collectif Banane et Pain pita (Marie-Danielle Girard et Simon Pageau), installée sur la pelouse de l'UQAC dans le cadre d'un Pari sur l'imaginaire sélection 2012.

jeudi 6 septembre 2012

Lancement de la saison


La nouvelle saison s'est ouverte hier par le Pari sur l'imaginaire sélection 2012.  Pour la première fois, des œuvres sont présentées à l'extérieur des murs de la Galerie.  Cette initiative sera, nous l'espérons, répétée dans les années à venir.

Photo de Denis Bouchard

vendredi 31 août 2012

Un Pari sur l'imaginaire


Un Pari sur l’Imaginaire (sélection 2012)
Présenté à la Galerie l’Œuvre de l’Autre, le centre d’exposition de l’UQAC
555 boul de l’Université Chicoutimi
Du 5 au 19 septembre 2012

Laissez-vous prendre par La vague de Guillaume Fortin dès l’entrée du Pavillon des arts et pourquoi pas participer à  Un déjeunerr sur l’herbe façon Banane et Pain Pita. Un Pari sur l’imaginaire: sélection 2012 se démarque, cette année, par deux installations extérieures  qui s’ajoutent à l’exposition présentée à la Galerie l’Œuvre de l’Autre.  En salle : sculptures, photographies numériques, dessins, peintures qui représentent un choix d’œuvres marquantes réalisées au cours de la dernière session. Les films des finissants en cinéma sont aussi à l’honneur.  Pour un soir seulement, voyez aussi deux installations présentées au studio théâtre, l’étonnant kamasutra du collectif formé de Marie-Danielle Girard et Simon Pageau ainsi que la très colorée proposition d’Émilie Bellemare. Voici des œuvres résolument investies d’une âme, proposées par des jeunes artistes émergents, en cours de formation au BIA, qui se révèlent ici déjà comme la relève artistique saguenéenne.

Les représentants des centres d’artistes régionaux seront aussi présents afin de proposer au public leur nouvelle programmation.

L’exposition débute le mercredi 5 septembre à 17 heures par un vernissage et se poursuit jusqu’au 19 septembre.

L’affiche de l’événement est inspirée par une œuvre de Danny Langlois.

jeudi 26 avril 2012

Publication de Barbara Garant

La Galerie L'Œuvre de l'Autre annonce la publication:
Barbara Garant Développement humain
texte de Cynthia Harvey
30 pages, photographies couleur, 20,5 X20,5 cm
reliure allemande
ISBN: 978-2-923833-09-5
Prix 20$

lundi 2 avril 2012

Mutants


Un article de Stéfanie Tremblay publié dans le Voir-Saguenay édition du jeudi 29 mars dernier.

lundi 26 mars 2012

Dans le monde des prédateurs

Un article sur l'exposition Les habitants de la nuit d'Isabelle Demers écrit par Anne-Marie Gravel publié dans le Progrès-Dimanche du 18 mars 2012.

jeudi 15 mars 2012

Ouverture des Habitants de la nuit

Lors du vernissage de son exposition , Isabelle Demers nous fait entrer dans son monde à travers Les habitants de la nuit. 

lundi 12 mars 2012

Surprise

Surprise ce matin devant le pavillon principal de l'UQAC.  Une grande banderole a été installée pendant la nuit avec comme message: L'éducation n'est pas à vendre.  Oui à la grève générale!  Les agents de sécurité en ont manqué une.  En attendant la réponse au vote mercredi.  Que cela ne vous empêche pas de venir au vernissage le même jour.

lundi 5 mars 2012

Les habitants de la nuit

Prochaine exposition: Isabelle Demers propose Les habitants de la nuit à compter du 14 mars jusqu'au 4 avril.


Isabelle Demers propose une installation composée d’une série de sculptures et de dessins qui mettent en scène des relations ambivalentes entre des prédateurs et leurs proies. S’inspirant des musées d’histoire naturelle, Isabelle Demers crée de petits écosystèmes où cohabitent des créatures étranges qui semblent fossilisées sous les épaisses couches de matière. Tous les éléments de l’installation s’articulent autour de la thématique des mystères de la nuit et de ce qui peut en émerger : le danger, la fête, les loups, les hiboux, les phénomènes étranges, les rituels chamaniques, les accidents, etc. Son travail se nourrit de  l’idée que la nuit alimente les craintes et l’angoisse car l’obscurité peut toujours cacher des dangers réels.

Isabelle Demers vit et travaille à Québec. Elle poursuit des études à l’École régionale des beaux-arts de Nantes en 2005 et complète en 2011 une maîtrise en arts visuels à l’Université Laval. Ses activités artistiques se déploient autour de la pratique du dessin, de la sculpture et de l’installation. Son travail a été présenté dans diverses expositions collectives et individuelles, notamment à la galerie Lilian Rodriguez (Montréal), La Chambre Blanche (Québec), au centre d’artistes Regard (Lévis) et au D21 Kunstraum (Leipzig). En 2010 elle est récipiendaire du Prix Videre relève pour son exposition Lourd comme un cheval mort présenté à la Chambre Blanche. Elle a aussi participé à la 29eme  édition de Symposium d’art contemporain de Baie-Saint-Paul. Prochainement, elle présentera une exposition individuelle à la Maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce ainsi qu’au centre d’artistes Caravansérail à Rimouski.

lundi 27 février 2012

Originalité et nostalgie ...

À lire dans l'édition du Progrès-Dimanche du 26 février dernier, sous la plume de Myriam Gauthier avec les photos de Michel Tremblay, tous deux présents le soir du vernissage de Mise en détour.

jeudi 23 février 2012

Vernissage de Mise en Détour


Le vernissage de Mise en détour a amené à l'Œuvre de l'Autre des étudiants heureux, remplis de fierté et d'émotions, prêts à se lancer dans la grande aventure de la vie artistique.

Les artistes de la relève

 Gabrielle Boucher

folie de grandeur > installation
Par un matériau détourné de sa fonction, cette installation représente ma façon de percevoir un enjeu de société. J’invite le regardeur à non seulement questionner le projet artistique lui-même, mais également le projet qu’il représente, à savoir le chantier de la rivière Romaine. 
 Isabelle Duquette

la valse du nombril > livre d’artiste

Un livre d’artiste, disponible en quelques dizaines d’exemplaires. Des dessins réalisés avec minutie sur un texte de Sophie Torris. Un temps d’arrêt sur une vie qui s’écrit. Un travail encré de traits et de mots dans un espace intime et épuré.



Jessie Lepage

naufrage > écrits / publication
Je
Un débordement Rassemblé par une unicité/ un ensemble qui me console/ qui m’attache à mes jambes soudées qui courent/ qui me pourchasse tout au fond/ là-bas où je sombre/ dans un sommeil léger qui m’inspire/ pour parvenir à m’évader de cette foulée de mots/ qui prônent sur mon existence//


Rudy Mae Vézina Dionne

l’étrange familier > polyptyque bidimensionnel

De l’utilisation d’images personnelles et de souvenirs que je m’approprie je me force sur le regardeur, l’obligeant par l’œuvre à partager une intimité inconnue. Installant alors une inquiétante étrangeté, divulguant angoisses et obsessions. Il en résulte une contemplation sourde, un calme nauséeux, étouffant.


   Sirikanlaya Chotmanee et Anusorn Khabpet

boîte de la mémoire > installation interactive

Réalisée par deux étudiant internationaux qui ont quitté leur
pays pour la première fois, l’œuvre se présente sous la forme d’une installation interactive qui vient de notre mémoire. De plus, dans l’installation, on souhaite aborder le passé, le présent et le futur.

mardi 14 février 2012

Mise en détour

Dans le cadre de la dixième édition du festival des finissants en art de l'UQAC, Mise en détour,  la Galerie L'Œuvre de L'Autre reçoit: Anusorn Khabpet, Sirikanlaya Chotmanee, Gabrielle Boucher, Isabelle Duquette, Rudy Mae Vezina Dionne et Jessie Lepage. Ne manquez pas le vernissage mercredi le 22 février prochain à 17 h.

lundi 30 janvier 2012

Présentement


Une vue de l'exposition Développement humain de Barbara Garant qui se poursuit jusqu'au 8 février.

mercredi 25 janvier 2012

Nouvelle publication



L’Œuvre de l’Autre est fière de présenter sa toute nouvelle publication :

Obsessions élémentaires Carolane Gauthier, texte de Barbara Garant
34 pages, photographies couleur, 20,5 X20,5 cm
reliure allemande
ISBN: 978-2-923833-07-1
Prix 20$

lundi 23 janvier 2012

Dans le Progrès-Dimanche

À lire dans l'édition du Progrès-Dimanche du 22 janvier 2012 suite à une entrevue entre Barbara Garant et la journaliste Anne-Marie Gravel.

lundi 16 janvier 2012

Rentrée culturelle


Paru dans le journal Voir du 12 janvier 2012 sous la plume de Stéphanie Tremblay: La charmante Barbara Garant, ex-collaboratrice dévouée pour cette section du Voir Saguenay/Alma, ouvre le bal ce mercredi 11 janvier, et ce jusqu’au 9 février à la Galerie L’Oeuvre de l’Autre avec son exposition Développement humain. Une série d’oeuvres dévoile sa vision à la fois poétique et troublante de la psyché humaine. Au même endroit, du 15 février au 2 mars: le 10e Festival des finissants en arts de l’UQAC, sous le titre Mise en détour. L’événement se prolonge en d’autres lieux, à surveiller.

jeudi 12 janvier 2012

Développement humain



C'est avec le vernissage de l'exposition Développement humain de l'artiste Barbara Garant que s'est ouverte la nouvelle saison de L'Œuvre de l'Autre. 

mercredi 4 janvier 2012

Nouvelle session, nouvelle expo


Barbara Garant
Du 11 janvier au 9 février 2012
Vernissage le mercredi 11 janvier à 17h.


«À la genèse de ce corpus d’ œuvres formé de peintures et de sculptures, il y a une attirance pour les vieux livres de psychologie. Ma recherche en art actuel me pousse à m’intéresser à certaines techniques utilisées pour sonder les individus (tests projectifs, tests d’aptitude, de Q.I. et autres études de la personne psychique) ainsi qu’aux images qu’elles peuvent produire. Le cœur de mes expérimentations étant d’aborder les mystères de l’identité, j’ai choisi récemment de le faire par le biais de ces outils développés par les psychologues et psychanalystes pour tenter de déchiffrer la construction et le fonctionnement de la personnalité. En atelier, les figures subirent une multiplication, voire une mutation les déclinant en différents états. Ainsi, trois tableaux se sont transformés en trois séries. Avec «Développement humain», je m’approprie l’approche psychologique pour la faire basculer dans le poétique. Je transgresse son langage dans un processus créatif. Ce dernier témoigne de mes efforts de rétablir une prose de l’individu sensible et du caractère unique de son expérience du monde.»

Portée par un questionnement existentiel, ma pratique artistique s’attache d’abord à l’étrangeté surgie du quotidien, à une domesticité teintée de malaise et d’angoisse. J’aborde surtout les notions d’expérience intime de l’identité, de présence qui trouble, de rapport au temps, à l’autre et à la mémoire.

De fait, la peinture, le dessin, la photographie et l’impression numérique constituent mes médiums privilégiés des dernières années. Une sorte d’incomplétude assumée caractérise les travaux réalisés. Une inexactitude dans le rendu et dans la définition du sujet apporte un doute que je nourris. La peinture maigre, le dépouillement des figures qui se retrouvent isolées, les parties floues ou essuyées sont autant de stratégies que j’utilise afin de briser les repères, de pousser à se perdre. Les figures semblent fondre, brûler, se dégrader, être en voie de disparaître.

En esquivant les pièges de la représentation creuse, j’invente ma manière de parler de notre humanité. La figure prend lentement matière, cependant elle s’approche de la béance. En transition entre deux monde, son incarnation semble ambiguë. L’inquiétude surgit d’un espace familial d’où l’on attend la sécurité. Une mémoire cachée nous entraîne dans un monde de l’enfance proche d’une pensée primitive; peur, violence et enchantement.   

Aussi, je fais des oeuvres de grande dimension (l’intimité qui nous saisit) autant que de petit format (l’intimité qu’on va chercher en s’approchant). Je me dirige vers une recherche plus ouverte de l’atmosphère dans mes oeuvres. Des médiums comme la sculpture, la vidéo, l’installation et la performance m’attirent. J’ai également développé une pratique en écriture qui fait parfois des incursions dans mes oeuvres.

En un mot, mon travail prend racine dans ma sensibilité à l’étrangeté cachée sous la surface des choses. Les énigmes de l’existence apparaissent comme le fondement de mes gestes artistiques. Je puise dans un imaginaire peuplé d’animisme, de croyances infantiles, de contes. D’idées refoulées sous le tapis qui s’amusent à faire trébucher de temps en temps pour rappeler leur présence.

Barbara Garant

L'artiste tient à remercier la Fondation TIMI ainsi que Jeunes volontaires et Emploi-Québec.