lundi 1 décembre 2014

Le projet de Jérémie

Un autre article de Daniel Côté paru le 29 novembre dans le Quotidien, photos de Jeannot Lévesque sur le projet tout en couleur de Jérémie Bellemare.

Cosmopolite!

Article paru samedi dans le Quotiden sous la plume de Daniel Côté avec les photos de Jeannot Lévesque.

jeudi 27 novembre 2014

mercredi 19 novembre 2014

Liaisons croisées

Liaisons croisées
un événement de la maîtrise en art de l'UQAC
présenté du 26 novembre au 10 décembre
vernissage le mercredi 26 novembre à 17h.

Sous la supervision de monsieur Marcel Marois, professeur et directeur de la maîtrise en arts, les étudiants de cette année : Perrine Argilès, Jérémie Bellemare, Marilou Desbiens, Isabelle Duchesne, Laurie-Ann Dufour Guérin, William Gagnon, Clarinthe de Langie, Xiaojun Liu, Caroline Marcel, Camille Perry et Mélissa Rosingana proposent des œuvres en arts visuels actuels, en théâtre et en performance.

jeudi 30 octobre 2014

Souvenirs de vernissage


Atmosphère filmique feutrée pour le vernissage de Souvenir aux présents d'Amélie Berthet.

jeudi 23 octobre 2014

Amélie Berthet

Souvenir aux Présents
Une exposition d'Amélie Berthet
du 29 octobre au 19 novembre 2014
Vernissage mercredi le 29 octobre à 17h.


«Mon impulsion artistique existe grâce à ma préoccupation pour l’individu, à ce qui le façonne. L’expérience individuelle est mon moteur de création dans ma recherche de l’ « identité pure », l’intimité sans masques. Pour cela, je suis à la recherche de moments éphémères, continus ou infinis, où l’intime fait irruption, où il est présent dans la chair, dans le vécu. Ces moments, que je nomme sensation, je les obtiens grâce aux souvenirs.

Enfant, j’ai toujours aimé qu’on me raconte des histoires, observer les gens, leur façon de parler, de se tenir. Plus tard, à travers le cinéma ou la littérature, je m’inventais des récits. L’écoute et l’observation des autres ont toujours fait partie de moi, elles nourrissent ma création.
Utilisant les médiums de la vidéo et de la photographie, dans un ensemble installatif que je nomme dispositif, je procède à une réécriture des souvenirs captés où l’image devient expérience de sensations fragmentées. J’écoute, je capte, j’interprète, je transforme le récit pour recréer une intimité. Interprété à travers des fragments de sensations, le souvenir dure ainsi  dans un présent continu entre fiction et réalité.»
 
Née en 1990 dans une petite ville du centre-est de la France, Amélie Berthet effectue sa scolarité universitaire dans la ville de Lyon. Ses connaissances et passions se déploient grâce au dynamisme culturel et artistique lyonnais, affichant ainsi un goût prononcé pour la musique, la photographie et le cinéma. À ce jour, détentrice d’un baccalauréat en cinéma et littérature ainsi qu’une maîtrise en études cinématographiques et audiovisuelles de l’Université Lumière Lyon II, elle démontre un intérêt tout particulier pour le travail de l’image et l’analyse de texte.

Son envie d’écouter les gens et de raconter des histoires s’allie à son amour pour les images et des mises en scène oniriques, colorées et intimes.

Son entrée à la maîtrise en art de l’Université du Québec à Chicoutimi, en août 2012, lui permet de commencer une production. Amélie Berthet développe ainsi sa sensibilité artistique autour des thèmes de l’intimité et du dévoilement.  Actuellement finissante à la maîtrise, elle utilise l’image comme expérience d’une sensation, une émotion vécue captée puis interprétée. Elle réécrit des histoires de vie en images, mélangeant fiction et réalité, passé et présent.

jeudi 25 septembre 2014

Étiez-vous là?



Ouverture hier de l'exposition À l'air libre, de Christian Messier, placée sous le signe de l'humour et du nudisme.  Avouez que ça pique votre curiosité...

jeudi 18 septembre 2014

  À l’air libre
De Christian Messier
Du 24 septembre au 22 octobre 2014
Vernissage mercredi 24 septembre à 17h


La nudité est une tradition en peinture. Que ce soit pour l’étude de l’anatomie, la représentation du corps humain ou l’érotisme, les artistes se sont intéressés de tout temps à ce sujet. La représentation du corps nu est un sujet visiblement important en art probablement parce qu’elle occupe une très grande place dans la vie de tous les êtres humains. C’est probablement aussi à cause de l'importance de la nudité pour chacun qu’au 19e siècle est né le nudisme, un mouvement marginal cherchant en partie à rapprocher les adeptes de la nature et ultimement, de la nature humaine. Ce projet intitulé À l’air libre s’intéresse à ce phénomène qui se présente ici comme étant un drôle de paradoxe entre le naturel et le dénaturé.

La pudeur selon la bible est le châtiment que Dieu imposa aux êtres humains pour avoir mangé le fruit défendu. Il est donc normal que suite à l'annonce de la mort de Dieu par la philosophie dont celle de Nietzsche, les humains sentent le besoin de se dévêtir et revivre selon leurs origines. Si l'idée de retrouver le paradis perdu est peut-être moins à la mode ces temps-ci, le désir de vivre au naturel comme le font les animaux et ainsi descendre de notre piédestal d'espèce élu aux yeux d'un Dieu désuet devient tout aussi légitime. De ces points de vue, l'envie de sentir la légère brise du matin caresser ces attributs que nous avons séquestrés sous nos vêtements et nos sous-vêtements pendant des millénaires est tout à fait justifiée.

Mais est-ce si naturel? Notre enveloppe charnelle est-elle réellement adaptée aux cailloux, aux épines de roses, aux écrevisses, aux courants d’air frisquets, etc.? Sommes-nous si élégants en pratiquant sous notre plus simple expression le parachutisme, le ski alpin, les arts martiaux, le trampoline, le karaoké ou l’équitation? Voilà quelques éléments qui amènent à penser que le nudisme serait probablement moins un saint contact avec la pure nature humaine qu'une dénaturation.

La caricature qu'amène le nudisme est toutefois intéressante et génère des situations très riches. La maladresse des corps mésadaptés à l'environnement ainsi que la pudeur naturelle transforme celui-ci en lui donnant des postures inconfortables. L'autodérision qu'amène l'activité serait-elle alors la démonstration de la vraie nature humaine? Pourquoi pas? Nous sommes sans doute la seule espèce vivante à réagir par le rire à ce qui est drôle. Quoi qu'il en soit, cette étude pseudo sociologique est loin d'être rigoureuse et il ne faut pas vraiment s'y référer comme une vérité. L'artiste lui-même n'a jamais pratiqué le nudisme.

C'est donc sous la forme d'une recherche artistique plutôt humoristique sur la présence humaine sous la thématique du nudisme que cette exposition se présente. Il s'agit de la suite d'une première exposition présentée à la galerie Laroche/Joncas en 2013 sous le nom de Tourette.

Christian Messier vit et travaille à Montréal. En performance, il a participé à plusieurs événements dans une douzaine de pays. On l’a aussi vu à Live Biennale à Vancouver, Viva! Art action à Montréal, à la Biennale d’art performatif de Rouyn-Noranda, 7a * 11d à Toronto à la Manif d’art de Québec et à la Rencontre internationale d’art performance de Québec 2000 et 2002. En peinture, son travail a été présenté entre autres à l’Œil de poisson, à Pan ! Peinture dont il est l’un des fondateurs à la galerie Verticale à Laval, à l'Écart à Rouyn-Noranda, à la galerie Laroche/Joncas à Montréal. Il exposera en 2014 et en 2015 au Lobe à Chicoutimi ainsi qu'à Regart à Lévis. Il est aussi l’auteur du magazine Web Punctum qui traite des arts visuels au Québec. Christian Messier est représenté par la galerie Laroche/Joncas.

lundi 8 septembre 2014

Une belle vitrine pour les étudiants

Paru dans le Progrès-Dimanche, édition du 7 septembre par Catherine Doré, photos de Marianne L. St-Gelais.

jeudi 4 septembre 2014

Nouvelle saison!




Ça y est! La nouvelle session a pris son envol.  Merci à tous nos visiteurs: étudiants, professeurs, amis et partenaires des centres d'artistes. 

jeudi 28 août 2014

Le pari de 2014

L’exposition de la rentrée Un Pari sur l’imaginaire: sélection 2014 composée d’un corpus d’œuvres qui représente l’esprit de recherche en art actuel ainsi que les meilleures solutions aux problématiques proposées par les professeurs dans les disciplines enseignées dans le BIA et le BEA de l’UQAC.

Le vernissage ouvert à tous se tient le mercredi 3 septembre à 17h et se poursuit jusqu'au 17 septembre.

Affiche d'après Monochrome de Samuel Lepage

lundi 14 avril 2014

Objectif jeunes

Où Roger Blackburn nous parle de la dernière année bien remplie de Nicolas Lévesques et de ses projets tout en nous décrivant l'exposition Encaisser l'existence à L'Oeuvre de l'Autre. Le Progrès-Dimanche, 13 avril 2014, pages 38-39. Photos de Jeannot Lévesques.

jeudi 3 avril 2014

Vernissage Nicolas Lévesques

 Belle soirée passée en compagnie de Nicolas Lévesques lors du lancement de sa nouvelle exposition Encaisser l'existence que l'on peut visiter jusqu'au 23 avril.

Photos Stéphan Bernier

jeudi 27 mars 2014

Nicolas Lévesque

Encaisser l’existence
De Nicolas Lévesque
Du 2 au 23 avril 2014
Vernissage le 2 avril à 17h.
 
Encaisser l’existence est une série d’images mises en scène. Dans un institut de jeunes de 12 à 17 ans, je documente le corps dans le lit, le lit dans la pièce, les pièces ayant toute une ossature identique.
 
Le contenu est résolument documentaire, mais il émane dans une organisation assumée de la position du corps, de l’emplacement la caméra et de la présence du photographe. À l’instar d’une démarche où j’endosse la présence du dispositif d’enregistrement, je veux aller plus loin en demandant aux modèles d’agir pour la caméra, dans un lieu choisi. À l’opposé de mon approche instinctive/snapshot, il s’agit d’une relation nouvelle au sujet, où la collaboration est fondamentale pour faire une image construite et parachevée.
 
L’intention est de faire des images dans lesquelles quelque chose a eu lieu, qui doit être observée en profondeur. Des images qui invitent les observateurs à participer à un engagement imaginatif avec la représentation elle-même et avec l’état des choses dans la société en général.
C’est ce qui confronte le spectateur : le besoin de voir au-delà, de reconstruire, de réorienter, de guérir et de continuer à vivre.
 
Encaisser l’existence fait suite à ma participation à l’exposition collective Image (2013), commissariée par Cindy Dumais au Centre Sagamie, sur la représentation du corps pendant le sommeil et l’insomnie. Il fait aussi suite à la série Nemagon (2010), évoquant le sujet des rapports économiques entre le nord et le sud et de ses conséquences sur les corps des êtres humains.

jeudi 13 mars 2014

Vernissage UPLOAD



 Une galerie uploadée et transformée par l'âme de Pierre Tremblay-Thériault.

DAL

Notre kiosque avec Rudy Mae Vézina Dionne lors du 36e anniversaire du département des arts et lettres de l'UQAC.

mardi 4 mars 2014

UPLOAD TON ÂME


Upload ton âme
Pierre Tremblay-Thériault
Du12 au 26 mars 2014
Vernissage 12 mars 17h
 
L’artiste finissant à la maîtrise Pierre Tremblay-Thériault est heureux de vous présenter l’exposition Upload ton âme : un projet traitant des technologies et de leur impact sur l’émergence des avatars dans nos sphères relationnelles. L’artiste vous invite à y découvrir les résultats d’une recherche portant sur le double rôle du témoin au sein d’une œuvre interactive : spectateur et élément dynamique et esthétique de l’œuvre. C’est en utilisant le médium technologique qu’il nous propose une métaphore mixant réalité et virtualité encourageant l’interaction entre les visiteurs. Il est impossible de vivre cette exposition sans s’y intégrer.

La production artistique de Pierre Tremblay-Thériault se situe dans la zone de rencontre des arts et des technologies numériques et informatiques. Son champ d'expertise professionnel inclut les arts visuels, les arts de la scène ainsi que la recherche et le développement de nouvelles approches et solutions logistiques et techniques dans les domaines créatifs et muséaux. Il travaille de façon régulière avec la Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre et y partage ses connaissances sur les technologies interactives et leurs utilités créatives. Ses intérêts artistiques sont centralisés dans les questionnements entourant la position et l'intégration du spectateur au sein d'un travail interactif. Plusieurs invitations à exposer et à performer lui ont été offertes dont une provenant de la Galerie le36 au printemps 2010, une autre des organisateurs de l'exposition Non-Maison 2 durant le off-Manif-d'Art 2010 à Québec ainsi qu'une invitation de la galerie Séquence à participer à une résidence collective dans le cadre de Géographies Variables en 2011. Sa participation à des événements multidisciplinaires est mise de l'avant au travers de productions telle une prestation avec le Centre d'Expérimentation Musicale dans le cadre du Festival international des rythmes du monde en 2010 ainsi que des événements de recherches au sein de la Chaire de recherche du Canada en dramaturgie sonore au théâtre et le festival l'Entre-deux Maniganses.


Ce projet est présenté grâce au soutien de la Galerie l’Œuvre de l’Autre, de l’UQAC et du département des arts et lettres.

jeudi 20 février 2014

Lancement du Festival



Beaucoup d'émotions pour les finissants et beaucoup de parents et amis présents pour témoigner de leur soutien aux jeunes artistes professionnels.
Le porte-parole, Julien Poulin,  qui a pris le temps et un grand plaisir à  s'entretenir avec chacun des finissants du Bia, ici avec Lisa-Marie Lapointe.

jeudi 13 février 2014

Festival des finissants en art de l'UQAC


La Galerie L’Œuvre de l’Autre a le plaisir de recevoir dans le cadre du 12 ième festival des finissants en art les nouveaux bacheliers du Bia 2014: 

Marie-Danielle Girard et Simon Pageau (Banane et Pain Pita) Installation sculpturale Chambre à coucher

Anny-Ève Perras : Livre d’artiste et estampes numériques Écueil Océanique

Laurie Girard : Estampe numérique Accepter le Chaos

Lisa-Marie Lapointe : Sculpture Solitudes

Et Robert Maltais : Installation vidéo 9_VI

Le vernissage se tiendra le mercredi 19 février prochain à partir de 17h.
L’exposition se poursuit jusqu’au vendredi 28 février.


Faites de cet événement une réussite en venant les encourager par votre présence.
Bienvenue à tous.

mardi 28 janvier 2014

Acquisitions d'œuvres

Acquisition Annuelle d’œuvres

Pour une neuvième année consécutive, L’UQAC fera  l’acquisition d’œuvres d’art afin d’accroître la diffusion du travail réalisé par les étudiants du BIA, du BEA et de la maîtrise en art.

Les œuvres acquises par l’entremise d’un concours sont intégrées dans les bureaux ainsi que dans les salles de réunion de l’UQAC. Elles permettent de faire connaître l'art actuel et ses diverses tendances et formes d'expression à la communauté universitaire qui profite ainsi d'un cadre de vie enrichi par la présence de l'art.

Pour participer vous devez:
-Être inscrit au Bia, au Bea, au certificat ou à la maîtrise en art
-Compléter un formulaire (disponible à La Galerie l’Œuvre de l’Autre)
-Joindre au dossier, un cv ainsi qu’une ou des proposition(s) d’œuvre(s) à vendre (jusqu’à un maximum de 3 propositions seront considérées) réalisée(s) au cours de sa formation à l’UQAC.

 Date limite : 6 mars 2014 à 16h30

Pour plus d’informations et pour obtenir le formulaire de proposition, adressez-vous à Nathalie Villeneuve à La Galerie L’Œuvre de l’Autre A0-1040  Poste 4718.

Vous pouvez consulter le répertoire des œuvres déjà acquises à l’adresse suivante : http://www.uqac.ca/departements/dal/galerie/collection.php

mardi 21 janvier 2014

Beaucoup de couleurs

Avouez que l'article de Daniel Côté paru le samedi 18 janvier dans le Quotidien vous donne envie de venir voir à quoi ça ressemble en galerie.  (Avec les photos de Mariane L.St-Gelais)

jeudi 16 janvier 2014

Ouverture

Cynthia Fecteau qui accompagnait Jeffrey Poirier, a présenté, hier soir, une conférence sur le travail de l'artiste,  lors de l'ouverture de son exposition Contenir l'essaim

mercredi 8 janvier 2014

Jeffrey Poirrier

Jeffrey Poirier
Contenir l’essaim
Du 15 janvier au 5 février 2014
Vernissage le mercredi 15 janvier à 17h.
Micro-conférence de Cynthia Fecteau à propos du projet à 18h

Au sein des récentes recherches de Jeffrey Poirier, la notion de corps étranger constitue un motif polémique, lequel questionne les rapports que nous entretenons avec nos environnements immédiats. Ces relations comprennent entre autres des rapports de force physique, culturelle et politique, qui s’effectuent entre l’établissement humain et son contexte d’implantation d’origine, la nature. Au sein de sa pratique en installation, la structure organique constitue un moyen de représenter des états transitoires, dans la perspective d’une confrontation avec un certain ordre établi. Nous portons souvent une attention particulière au théâtre de la nature lorsque celui-ci laisse entrevoir la possibilité d’une éventuelle improvisation : dans cet ordre d’idée, l’objet est ici également porteur d’un potentiel narratif et poétique. Dans une approche semblable à l’expérience esthétique générée par la contemplation de la nature, la démarche de Poirier tente d’amener une quantité de signes menant à une compréhension plus ou moins directe de la forme et de son dynamisme. Au niveau formel, ses dernières explorations se concentrent sur la transformation d’éléments de nature prosaïque en ensembles esthétiques. Selon un processus d’accumulation de masse du matériau visant à en transcender sa nature, il souhaite questionner les différents niveaux de perception pouvant exister au sein d’une même installation.

Né en France en 1986, Jeffrey Poirier vit et travaille à Québec. Il est détenteur d’une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval. Son travail fut présenté au sein d’expositions individuelles et collectives, entre autres à l’Oeil de Poisson (QC), à la Maison des arts de Laval, à Art Souterrain (Mtl), au Centre des arts de Dieppe (Moncton), ainsi qu’au sein de la Virée de la Culture de Panache Art Actuel (Baie-Comeau/Sept-Îles). Au printemps,  il fera partie de la programmation de Diagonale centre d’artistes (Mtl) et du Festival Art Souterrain édition 2014 (Mtl).