mercredi 29 mars 2017

L'écologie des lignes

Nathalie Lavoie
Du 5 au 19 avril 2017


L’écologie des lignes | par Nathalie Lavoie

Nous vivons dans un monde qui avant tout se compose non pas de choses, mais de lignes. (Tim Ingold, Une brève histoire des lignes)


Nathalie Lavoie cherche à établir une relation au monde par l’immédiateté et la durée de l’action créatrice. Pour ce faire, elle utilise principalement le dessin comme outil heuristique pour comprendre différentes réalités matérielles et immatérielles qui nous entourent et nous habitent. Dans le cadre de cette exposition composée de dessins et de sculptures, elle a reproduit les nervures végétales et les vrilles de vignes. Elle les a multipliées pour créer de nouvelles structures complexifiées qui renvoient à des dimensions organiques, cérébrales et cartographiques. Aussi, un dessin de grand format résulte de l’application linéaire répétitive de l’empreinte du pinceau. Il forme ainsi une vaste surface horizontale aux effets ondulatoires. Enfin, l’intérêt de Nathalie Lavoie pour le territoire et la notion d’habiter se concrétise par la construction d’abris miniatures et la reproduction de cartes hydrographiques de la région du Saguenay.


 Nathalie Lavoie détient une maîtrise en art. Ses oeuvres sont présentées dans des expositions individuelles à Toronto (2000), Gatineau (2003), Montréal (2005), Ottawa (2011), Saguenay (2012, 2017), de même que dans de nombreuses expositions collectives au Canada, en France et au Chili. S'intéressant à la performance comme manière d'établir une temporalité dans un rapport à soi et à l'autre, elle réalise en 2012 à Chicoutimi (Saguenay) un projet d'art action d’une durée de trois semaines. Ses résidences dans différents lieux au Canada, en France et au Chili lui permettent de poursuivre sa recherche à l'étranger. Deux livres d'artistes (2015) sont dédiés à son oeuvre. Elle vit et travaille au Saguenay.

L'artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec de son appui financier.

Aucun commentaire: